« Notre musique parle beaucoup de voyage »

Le 3 juin dernier Antoine et Morgan de Bel Plaine nous ont fait le plaisir de répondre à quelques unes de nos questions sur le 106.1 de Bac Fm. Retour sur le parcourt des lauréats de Paris Jeunes Talents 2013 dont l’un d’eux, Antoine est natif de Nevers.

 

Café Charbon : Salut Antoine et Morgan, merci beaucoup de nous accorder cette interview. Est-ce que ça va ?

Antoine : Oui tout va bien.

Café Charbon : C’est la première fois depuis plusieurs années que vous revenez jouer à Nevers ? Qu’est ce que ça vous fait ?

Bel Plaine MorganAntoine : Ca nous fait très plaisir. Ca fait six sept ans qu’on n’a pas joué à Nevers. On a hâte de faire cette date.

Morgan : Moi j’ai de très bons souvenirs de cette ville, on a réalisé une bonne partie de l’album à Nevers l’été dernier. Nevers m’évoque donc plein de bonnes choses.

Café Charbon : On doit vous demander assez souvent mais pourquoi avoir choisi cette orthographe pour écrire « Bel Plaine » ?

Antoine : C’était pour le côté singulier du groupe, on voulait quelque chose d’un peu différent. Ce nom vient d’un t-shirt que Morgan a trouvé dans une friperie à Paris, c’est une ville aux Etats Unis.

Café Charbon : La musique de Bel Plaine évoque les vacances, les parties de Beach Volley et la mer. C’est parce que vous êtes des grands amoureux des Pays de la Loire, de la Bretagne et de la Méditerranée ?

Antoine : Amoureux de tout ça et aussi du monde entier. Notre musique parle beaucoup de voyage. De bons moments, de rencontres entre amis. Beaucoup de nos textes sont inspirés de pays étrangers. Dans notre dernier album, il y en a une qu’on écrit suite à un voyage au Sri Lanka avec Bel Plaine où on a eu la chance de faire une tournée là-bas. En rencontrant des gens, en vivant des aventures, ça nous permet d’écrire. On se retrouve à avoir des idées de textes et bien sûr, ça se transmet à la musique. C’est toujours inspiré d’histoires vécues.

Café Charbon : Vous évoquez à l’instant ce voyage au Sri Lanka, est-ce que vous en ramené une histoire ou des souvenirs particuliers ?

Morgan : Oui, une chanson qui s’appelle Arava, qu’on ne jouera pas tout de suite en concert. On a rencontré deux Israéliennes qui étaient en train de faire le tour du monde. Elles ont un petit peu fuit leur pays puisqu’elles étaient amoureuses.

Antoine : On les a rencontré sur une île déserte on était parti faire de la plongé tous les deux avec quelques palmiers et les coraux. On a rencontré ces deux filles qui nous ont parlé d’elles. Juste après les avoir quitté on a eu envie de parler d’elles, c’était amusant d’avoir la même envie Antoine et moi. La chanson s’appellera Arava, ça veut dire « amour » en hébreux.

Café Charbon : Une jolie histoire pour une belle rencontre…

Antoine : Exactement.

Café Charbon : Vous jouez en première partie de Black Yaya, est-ce que vous aimez ce qu’il fait ? Est-ce que vous connaissez également Herman Dune son premier projet ?

Antoine : On aime beaucoup ce qu’il fait. On a bossé avec un réalisateur pour notre album qui s’appelle Julien Piffaut qui a aussi bossé sur des albums d’Herman Dune. On est très content de partager la scène avec lui.

Café Charbon : Est-ce que vous auriez des choses à dire à nos auditeurs pour les motiver à venir samedi au Café Charbon.

Antoine : Oui on en a plein, venez. Ca fait presque un an qu’on n’a pas joué. La dernière fois c’était aux Sollidays. On est gonflé à bloc, on est ultra content, en plus on va chez Antoine. Ce risque d’être une parfaite ambiance, complètement détendue et sereine. Oui venez bien sûr et aussi pour Black Yaya.

Café Charbon : Merci beaucoup à vous pour cette interview. On vous dit à samedi pour une soirée pleine de bonne humeur…