HORAIRES EXCEPTIONNELS :
Ouverture des portes à 19H00 avec un direct radio
Début des concerts à 21h00

Plein Tarif 10€

Tarif Réduit: 8€ (demandeur d’emplois, étudiants, moins de 18ans, adhérents des salles partenaires)

Restauration assurée par des Foodtrucks.

***************************

Carte blanche à FRISSSON artiste et activiste neversois des musiques électroniques.
Les bruissements légers de ce qui frissonne ? Des mouvements, tremblements nerveux causés par une émotion ? La peur, la joie, la colère ? Probablement un peu de tout ça. . FRISSSON nous a préparé une fête électronique, dansante et curieuse où la musique se mêle aux arts pour s’emparer des corps et des esprits, puisant sa force autant dans les vrombissements des synthétiseurs, la cadence rythmique, les effets lumineux, que dans la sensibilité des instruments et du vivant.

Dès 19h00, émission de radio en direct Café Charbon avec FRISSSON et ses artistes invités : interviews et découvertes musicales autour d’un verre.

ETIENNE JAUMET

ETIENNE JAUMET sera ensuite votre guide pour « La visite », celle d’un voyage introspectif et organique au sein du corps, thème du deuxième album solo du membre de ZOMBIE ZOMBIE, ayant aussi collaboré avec THE MARRIED MONK ou CARL CRAIG. Etienne s’entoure d’instruments analogiques pour créer tel un scientifique une alchimie parfaite dont la pulsion techno mêlée au saxophone séduit les meilleurs Dj internationaux comme les amateurs de jazz.

MAESTRO

MAESTRO, est un groupe franco-écossais hébergé par TiGERSUSHI, le singulier label de JOAKIM. Les musiciens émérites qui le constitue (collaborateurs de VITALIC, BOT’OX ou des RITA MITSOUKO) sauront vous entraîner dans leur electro pop aux influences new wave et post punk, ponctuée d’une touche africaine, oui, leur album « Mountains of madness » réussi ce grand écart !

DEUX BOULES VANILLE

Pour finir les DEUX BOULES VANILLE prendront d’assaut votre bassin, pour vous faire zouker sur leur electro noise 8-bit et tropicale, le chaînon manquant entre MARVIN et MR OIZO. Ces deux batteurs brigands ont eu la bonne idée de brancher des synthétiseurs sur leurs fûts : une pierre, deux coups !