« Boire, écrire, s’enfuir », un concert exceptionnel où Miossec rejoue son premier album (Boire), réarrangé de fond en comble ! Un beau moment !

Grande salle de la Maison | 20h00
Ouverture des locations aux adhérents de la Maison à partir du 10/07/2020.
Ouverture des locations au tout public à partir du 05/09/2020
Pour tous renseignements : https://maisonculture.fr/spectacle/miossec

Depuis Boire, sorti en 1995 sur un label bruxellois indépendant, onze albums se sont passés. Ce disque au petit budget, sec, sans batterie avec seulement deux guitares, une basse et ses paroles rugueuses, a fait bouger les lignes. Loin des canons de l’époque, Miossec s’est fait une place dans l’histoire de la chanson française avec ses textes crus, désabusés et sa musique dépouillée. Son succès immédiat lui permet de livrer des prestations fortes et intenses pendant près de 120 dates (y compris en première partie de Patti Smith). Vingt-cinq ans après, il est temps pour Miossec de rejouer les morceaux de son premier album, relus sous la lumière du jour, malaxés et réarrangés.
Pour compléter les douze titres de l’album qui, pour la plupart, n’ont plus été joués en concert depuis 1998, quelques chansons (qu’il a écrites) viendront se greffer, de Jane Birkin, à Stephan Eicher en passant par Alain Bashung. En forme de bilan, ce concert sera ponctué par quelques mots, de façon à éclairer l’histoire et la prolonger. Comme Boire, avec son absence de batterie, ne se voulait pas être « rock », les quatre musiciens l’accompagnant ici viennent d’autres univers : classique, contemporain et jazz. Des instruments éclairés sur scène, comme des pièces de musée, de collection, constitueront le décor, sobre.

Chant : Christophe Miossec
Guitares : Sebastien Hoog
Violon, chant, claviers : Mirabelle Gilis
Basse : Laurent Saligault
Batterie, percussions : Guillaume Rossel
Concert en co-organisation avec La Maison – Nevers