Ouverture des portes à 20h

Restauration disponible sur place. (Foodtruck)

Pop-Rock

Plein Tarif 10€

Tarif Réduit: 8€ (demandeur d’emplois, étudiants, moins de 18ans, adhérents des salles partenaires)

 


 Von Pariahs

Le propre des grands groupes, c’est de déstabiliser son auditoire à chaque nouvel album, quitte à le perdre… avant cependant de le retrouver, plus fort, plus
nombreux, plus intensément impliqué. Ainsi, VON PARIAHS, qui avait déjà remporté les suffrages de la critique suite à ses premiers enregistrements et mis tout le monde d’accord lors de la tournée qui avait suivi le premier album, remet les compteurs à zéro avec Genuine Feelings. Ceci sans même se poser la question du passage délicat au deuxième album. Qu’importe en fait, l’énergie déployée est si puissante que dès le premier titre, éponyme, on est embarqué. Confortablement guidé par un groove rock à toute épreuve, l’auditeur est ainsi confronté à la dialectique entre une guitare rythmique saturée
au jeu vintage – mais sauvage – et une autre, lead au sens classique, qui tape aussi bien dans le registre du chorus garage  que dans celui du mur shoegaze bruitiste. Le mur du  son de  ce nouvel album est un produit maison, travail aussi minutieux qu’enfiévré. Il revisite les fondamentaux du rock’n’roll, du riff de piano à l’implacable rythme baggy sound. Sa fougue est seulement relativisée par ‘Oceanwide’, une ballade de premier choix. Pour parfaire cette ambiance incroyable, qu’on projette déjà sur scène, le chant de Sam, tantôt crooner, tantôt agressif, déclame des refrains fédérateurs qu’on se prend à déclamer dans la rue.Street credibility.

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

 

BANTAM LYONS

 

« Est-ce que je me suis mis à écouter de la pop music parce que j’étais malheureux ? Ou étais-je malheureux parce que j’écoutais de la pop music ? » se torturait Rob Fleming, le personnage principal du roman « High Fidelity » de Nick Hornby.

La question pourrait également se poser pour les blancs-becs de Bantam Lyons. Parce que les morceaux de ces quatre jeunes Bretons en exil à Nantes vous collent la boule au ventre plus efficacement encore qu’un après-midi de crachin brestois passé le nez collé à la fenêtre. Et parce qu’on y entend en filigrane un condensé de ce qui s’est enregistré de plus mélancolique depuis les années 80.

Il ne vous faudra donc pas gratter très profond avant de faire ressurgir des réminiscences d’un rock/noise à la Mogwai (les guitares cristallines de « Wednesdays »), d’une cold-wave à la Joy Division (« Mamad » et sa basse tachycardique), d’une dream-pop à la Mercury Rev (le bouleversant « Glow »), la rage étouffée du post-punk (l’hymne « Something Familiar ») ou le sens du dramatique de Talk Talk (« Yellow Fingers »).

Portée par une voix singulière qui vous remue les tréfonds, la musique de Bantam Lyons réveille l’éternel adolescent éconduit qui sommeille en chacun de nous. Parce qu’il est parfois bon d’être un peu malheureux. Et qu’il est toujours bon d’écouter de la pop music. Peu importe le reste.

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies

 

PSYCHOTIC MONKS

 


The Psychotic Monks c’est une découverte rock psychédélique, à la fois furieuse et fragile, Les quatre moines se mettent en transe sur scène, sans autres artifices que le grondement qu’ils propagent.

Album : FACES (2015)

 

Vous devez autoriser Youtube sur notre site Internet pour voir la vidéo qui est insérée dans cette page en cliquant ici : Gestion des cookies